Serge Trib

Parcours

portrait

Serge Tribouillois réside à Sète, après avoir vécu et travaillé 20 ans à Uzès. Il a fait ses premières photos en 1959 sur un appareil Voïgtlander acheté avec ses premiers francs gagnés !

Depuis le numérique a remplacé l’argentique… mais la passion est restée aussi vive qu’à ses débuts. Après une vie professionnelle bien remplie dédiée à la médiation artistique, Serge Trib, de son nom d’auteur-photographe, a désormais tout son temps à consacrer à la photographie d’auteur… et il ne s’en prive pas !

Chercher le singulier, l’insolite,
la poésie dans le quotidien
et le banal.

Déclic

Grand admirateur de Willy Ronis comme de Martin Parr, de Bernard Plossu à Saul Leiter, il s’intéresse aux gens, aux villes, au quotidien et à l’insolite.

Il s’efforce de « trouver ce qu’il y a d’extraordinaire dans le banal. » Il aime les photos qui questionnent, qui donnent sens, qui ouvrent des horizons, qui singularisent le quotidien… Il a parcouru, appareil à la main, depuis 40 ans, la plupart des pays des deux rives de la Méditerranée, et depuis quelques années, il est parti à la découverte du Burkina Faso, en Afrique de l’Ouest.

En fait, ce n’est pas un « reportage » c’est plutôt une évocation poétique,
une aide à voyager dans sa tête, le fameux « voyage immobile »

Série  « Femmes papillons du Rajasthan »

SergeTribTout juste de retour d’un voyage en Inde, il nous propose cette série prises sur le vif, en ville, dans les villages, depuis la route.
Des femmes dans leur quotidien, au travail, en train de prier, ou des moments de détente.
Après une série sur les femmes africaines travaillant dans la carrière de Ouagadougou, il a eu envie de continuer ce regard porté sur la vie quotidienne des femmes dans des régions aux modes de vie encore traditionnels et souvent ruraux.

Serge a traité ces photos en post-production pour leur donner un aspect “chromos” anciens, une façon de souligner leur intemporalité.  “J’ai tenté de montrer leur beauté dans un environnement souvent sale ou délabré, leur dignité, leur joie de vivre… Une chose est sûre, sans ces femmes, papillons colorés virevoltants ici et là, le Rajasthan perdrait beaucoup de sa beauté et de son intérêt.”

Maxime préférée

Elitaire pour tous.  Antoine Vitez

Venez découvrir les œuvres de Serge exposées au festival et partager une Soirée indienne autour de projections et de danses indiennes avec Aude Rondet (repas sur réservation) le vendredi 26/8 à 21h

Retrouvez dès à présent son actualité sur http://www.pictix.fr

Publicités