Amélie Lombard

Parcours

am lom portraitSon terrain de jeu, l’assiette, théâtre d’un monde inventif et tendre qu’elle crée dans son atelier. En France elle collabore avec Le Monde Magazine, Libération et l’Officiel et son regard et sa créativité ont séduit les plus grandes marques comme Fauchon ou Petrossian.  Elle a remporté en 2010 le grand prix du Food Photo festival de Tarragone en Espagne.

Dans ses photographies, Amélie cherche toujours le subtil mélange des textures, la nuance des émotions. Le tout est affaire de dosage entre inspiration et technique, précision et improvisation, à la manière d’un chef concoctant ses recettes.

Sa recette :
une bonne dose d’élégance, une légère pincée d’audace, un brin de malice, un zeste de sensualité, le tout passé au tamis de l’imagination et de la curiosité. Laissez mijoter avec patience et gourmandise…

Déclic

J’ai commencé la photographie vers 12 ans, en empruntant les appareils de mon père. C’est très vite devenu mon moyen d’expression, mon langage pour retranscrire le monde tel que je le vois.

Il faut lutter contre l’ordre établi et se donner les moyens de créer le monde dans lequel on a envie de vivre. Dans mes images, je me dirige toujours, volontairement ou pas, là où on ne m‘attend pas.

Hommage à Mark Rothko n°1: orange, miel, argan. Vinaigrettes aSérie “Vinaigrettes abstraites”

Vinaigrettes abstraites est l’histoire d’un mariage impossible et pourtant si souhaitable : celui de l’huile et du vinaigre. Les photographies dressent les tableaux de cette relation tumultueuse sous toutes ses formes. Dans un bal,  une danse éternelle, ces fluides sans cesse se mêlent et se repoussent.

La vinaigrette est une quête utopique d’alchimiste, qui s’esquisse sous la forme d’un hommage à l’abstraction. Avec pour palette la gamme des huiles et des vinaigres, Vinaigrettes abstraites s’inspire d’œuvres célèbres pour en saisir l’émotion brute : une forme, une couleur, un mouvement.

 

Maxime préférée
« Un centième de seconde par ci, un centième de seconde par là,
mis bout à bout, ça ne fait jamais qu’une, deux ou trois secondées chipées
à l’éternité »
Robert Doisneau

 

 

Venez découvrir les œuvres d’Amélie exposées au festival
et lors sa projection gourmande le vendredi 21/8 à 20h30.

Retrouvez toute son actualité sur son site : www.amelielombard.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s